Conte de notre temps

N'est ce vraiment qu'un conte ?

         Toutes les objections ont été mille fois entendues et toutes les réponses (surlignées en jaune) sont de notre Saint Père François. Elles sont extraites de l'exhortation apostolique (Evangelii Gaudium) qui conclut le Synode de Rome sur la Nouvelle Evangélisation (les numéros indiquent les paragraphes).

Ce dimanche là, malgré le froid...

       Le prêtre, à son habitude, serrait les mains à la sortie de la messe. Son visage respirait la joie de l'Évangile et l'amour de ses paroissiens.

      Pourtant l'un d'eux attendit que la foule se soit dispersée pour, n'écoutant que son courage, oser lui dire avec une infinie gentillesse : " Mon Père, excusez-moi de vous dire, à cause de toute l'estime que j'ai pour vous… J'ai du mal à suivre vos homélies… Récemment, j'en ai enregistré une sur mon téléphone portable puis je l'ai tapée sur mon ordinateur. C'est alors que j'en ai découvert toute la richesse ! Et j'ai été triste que vous n'arriviez pas mieux à nous communiquer oralement ce que vous avez dans le cœur. Pour le bien de votre auditoire et en particulier pour mes jeunes qui viennent de plus en plus rarement à la messe, pourquoi ne suivriez-vous par un stage en communication ? SOH, par exemple..."


Le Prêtre, décontenancé et troublé, surmonta son dépit. La tête de son interlocuteur lui rappelait quelqu'un. Mais, diable ! Qui ?  "Vous êtes le seul à me faire ce reproche…"


Le fidèle : "La prédication dans la liturgie demande une sérieuse évaluation. Les réclamations à son égard sont nombreuses et nous ne pouvons pas faire la sourde oreille… Les fidèles lui donnent beaucoup d'importance ; et, comme les ministres ordonnés eux-mêmes, ils souffrent souvent, les uns d'écouter, les autres de prêcher. Il est triste qu'il en soit ainsi. L'homélie peut être vraiment une intense et heureuse expérience de l'Esprit, une rencontre réconfortante avec la Parole, une source constante de renouveau et de croissance. (135)"


Le Prêtre, partagé entre des sentiments contradictoires,  soupira: De quoi se mêlait son interlocuteur ? Ses yeux souriants et pleins de bonté, il les avait déjà vus, mais où ? "Je prépare mes homélies. Cependant, vous, faites-vous l'effort nécessaire pour me suivre ?"


Le fidèle : "Certains croient pouvoir être de bons prédicateurs parce qu'ils savent ce qu'ils doivent dire, mais ils négligent le comment, la manière concrète de développer une prédication. Ils se fâchent quand les autres ne les écoutent pas ou ne les apprécient pas. Mais peut-être ne se sont-ils pas occupés de chercher la manière adéquate de présenter le message… (156)"


Le Prêtre, de plus en plus agacé : "Dans une homélie, ce qui compte c'est le fond et non la forme ! Nous ne sommes ni des hommes politiques ni des vedettes de télévision. Ce que nous transmettons est d'autre nature…"


Le fidèle : " La préoccupation pour les modalités de la prédication est elle aussi une attitude profondément spirituelle. Elle signifie répondre à l'amour de Dieu en se dévouant avec toutes nos capacités et notre créativité à la mission qu'il nous confie ; c'est aussi un exercice d'amour délicat pour le prochain, parce que nous ne voulons pas offrir aux autres quelque chose de mauvaise qualité. (156)"


Le Prêtre se demandant toujours qui osait lui dicter sa conduite : "Mais pour cela il faudrait davantage de temps. Voulez-vous voir mon agenda et celui de mes soirées ?"


Le fidèle : "La préparation de la prédication est une tâche si importante qu'il convient d'y consacrer un temps prolongé d'étude, de prière, de réflexion et de créativité pastorale. Certains curés soutiennent souvent que cela n'est pas possible en raison de la multitude des tâches qu'ils doivent remplir ; cependant, j'ose demander que chaque semaine, un temps personnel et communautaire suffisamment prolongé soit consacré à cette tâche, même s'il faut donner moins de temps à d'autres engagements, même importants (145)."


Le Prêtre, excédé par tant de culot : "Mais, l'Esprit Saint…"


Le fidèle : " La confiance en l'Esprit Saint qui agit dans la prédication n'est pas purement passive, mais active et créative. Elle implique de s'offrir comme instrument  (cf Rom 12,1)  avec toutes ses capacités, pour qu'elles puissent être utilisées par Dieu. Un prédicateur qui ne se prépare pas n'est pas « spirituel », il est malhonnête et irresponsable envers les dons qu'il a reçus (145)."


Le Prêtre reconnut soudain son interlocuteur et tomba à genoux : "Pardonnez-moi, Saint Père. Dorénavant, je vais y consacrer davantage de temps."


S.P. François : "Un temps personnel et communautaire…"


Le Prêtre : "Et communautaire… Mais de là à suivre une session ou à me faire accompagner par un Service de laïcs…"


S.P.François : "Quelle bonne chose que prêtres, diacres et laïcs se réunissent périodiquement pour trouver ensemble les instruments qui rendent la prédication plus attrayante ! (159)"


Le Prêtre eut alors le regard attiré par un tourbillon de feuilles mortes. Lorsqu'il revint vers son interlocuteur, celui-ci avait disparu : "Ai-je rêvé ?" se demanda-t-il.

                                                "A moins que…"